Les tribulations d'une cuvette



AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Votez pour nous sur le top site d'Obsession ICI svp, merci ♥.

Partagez | 
 

 Les tribulations d'une cuvette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Les tribulations d'une cuvette   Dim 11 Juil - 13:23
I. Préambule: La lépreuse qui murmurait aux antilopes

L’odeur du vomi. A cet instant précis, rien ne reflète plus l’inverse de ce qu’elle voulait être. La cuvette était pleine de bile et de nourriture en bouillie à moitié attaquée par les sucs gastriques. Elle avait les yeux en pleurs, presque révulsés. Elle en avait plein la bouche et les lèvres. De la bave à profusion dégoulinée de son menton. Ses mains étaient crispées sur le rebord des toilettes. Elle renfonça la brosse à dent au fond de sa gorge et elle revomit encore une fois. Cette fois ci, il n’y eu que de la bille, c’était enfin finit. Elle se releva et se tourna vers le lavabo, elle se mit de l’eau sur le visage. Elle enleva la bave, les morceaux de nourritures consommés et les larmes. Ses yeux étaient rouges. Elle eut quelques relents mais elle ne pouvait plus rien vomir à présent, elle n’avait plus rien dans le ventre.
Elle se regarda dans la glace. Elle espérait toujours voir un changement significatif après l’avoir fait. Comme si elle allait maigrir instantanément de 3 kilos, que sa peau allait s’éclaircir et ses cheveux allaient devenir brillants. Mais c’était le contraire. Elle avait le visage terne, les cheveux tombaient et étaient plats, sans vies. Ses mains étaient devenues comme celles des vielles personnes presque. Les os ressortaient et les veines palpitaient. Elle avait prit l’habitude de beaucoup de choses depuis longtemps. Comme le fait d’avoir froid, le fait d’avoir pleins de bleus partout pour n’importe quoi, le fait de manquer de s’évanouir à chaque marche grimpée… Elle n’avait plus faim depuis longtemps. A son grand étonnement elle n’avait plus eu mal au ventre en quelques jours.
Sa mère ne remarquait même pas que sa fille diminuait chaque jour. Diminuait d’épaisseur et d’existence. Elle n’existait que pour éviter les repas, éviter les calories… Elle fuyait en courant tous les jours, elle fuyait quelque chose mais elle ne savait pas quoi. Comme si, si cette chose la rattrapait, elle allait en mourir. Alors plutôt que de se faire tuer, elle préférait mourir à petit feu…


Dernière édition par Abbigail Connor le Dim 18 Juil - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Les tribulations d'une cuvette   Dim 18 Juil - 11:00
Une purge. Une saignée. Pour elle s’était pareil. Une sorte de purification sacrificielle. Elle devait se sacrifier pour se purifier. Comme les femmes tentatrices qui demandaient à se faire faire une trépanation pour chasser le diable de leurs corps. C’était exactement ça. Elle avait le diable en elle. Elle n’était pas particulièrement croyante mais ça l’aidait à aller plus loin. Il lui fallait une représentation physique de ce mal qu’elle avait partout en elle. Elle d’ailleurs établie des menus très strict à fin de faciliter le renvois de ces poisons par la cuvette des WC. Elle effectuée jusqu’à plusieurs heures de sport par jour, le ventre vide, chancelante, à la limite de l’évanouissement. Elle se pesait matin et soir pour voir si elle avait perdue dans la journée. Son pire cauchemar était les repas en famille. On vous gave et on vous gave sans cesse et on reste assit, inactif… Heureusement qu’elle pouvait faire des visites aux toilettes pour délester au fur et à mesure. Il était à présent certain que son estomac avait rétrécit. Lorsqu’il lui arrivait de manger trop, ce qui correspondait à une dose moyenne de nourriture pour quelqu’un de « normal », elle se sentait sur le point de vomir et était atrocement pleine. Cette sensation la répugnait au plus haut point. Elle évitait de se retrouver dans ce genre de situation le plus possible.

Sa mère remarquait passivement qu’elle perdait du poids. Son père, par contre, qui ne la voyait pas souvent, remarquer d’une manière plus choquante. Abbigail avait les techniques à peu près rôdées de ce côté-là. Vêtements larges, plusieurs couches de vêtements, reprendre du plat mais doublement vomir après… Se maquiller à outrance pour cacher le teint terne, gris… Cacher les cernes et les joues creusées… Elle se sentait mourir et vivre en même temps. Comme si son rêve d’idéal méritait un sacrifice de mort. Tant pis, elle mourrait pour ça.

Nue devant la glace, elle n’avait pas fière allure du tout. Les os de ses hanches ressortaient et laissaient un vide entre eux deux. Là où il y aurait eu un ventre, il n’y avait rien. Comme si un trou noir intérieurement creusait sans cesse et mangeait l’espace. Ses côtés ressortaient à présent magnifiquement bien, faisant contraste avec le ventre plat. Ses seins avaient diminués de taille. Ses bras étaient fins au niveau des muscles et les articulations, ne pouvant maigrir, ne faisaient que rendre plus évident encore sa maigreur. Enfin, son cou laissait paraître ses veines et ses artères. Elle ressemblait à un squelette auquel on aurait donné une simple peau. Elle ne ressemblait plus à ce qu’elle était avant. Elle était infiniment plus belle de son point de vu. Infiniment plus malade d’un autre… Mais les autres, c’était le mal… Il ne fallait pas les écouter.

Revenir en haut Aller en bas
 

Les tribulations d'une cuvette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST RPG ™ :: Moment de détente :: Archives-