Un sushi à la mer!



AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Votez pour nous sur le top site d'Obsession ICI svp, merci ♥.

Partagez | 
 

 Un sushi à la mer!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité



MessageSujet: Un sushi à la mer!   Lun 27 Juin - 21:26
Je me souviendrais à tout jamais de cette date, le 22 septembre 2004, ainsi que de ce nom d'avion, Océanic Airlines, car c'est de sa faute si mon cauchemar perdure...
C'est dans cette eau non profonde que mon cœur s'arrêta. Sûrement avait-il comprit que je ne reverrais jamais rien d'autre que l'océan? La journée avait commencé comme toutes les autres : je m'étais réveillé ce matin-là, sur un morceau de matelas qui tombait avec ma jambe, au dessus du parquet où était disposé mon bordel. J'avais croisé en me levant, le regard de ce fumier qui voulait une fois de plus me monter le crâne au petit déjeuné, contre ma mère. Mais qu'est-ce qu'il me voulait? Je n'en avais rien à faire de lui! Je détournais alors mon chemin de la cuisine dès le petit déjeuné -que j'avais sauté, puisque Doug' y était présent- et j'allais prendre ma douche, après lui avoir laissé mon petit regard de "Toi, si tu me cherches je te tue!" Le restant de la matinée se termina au lycée où j'allais, pour récupérer mes affaires et faire "Sayonara à tout le monde", qui croyait que j'étais amis avec eux, mais je n'en avais rien à faire de ce pays.

J'ai décidé de faire mon repas du midi dans un fast food car j'avais trop la dalle, mais malheureusement je n'avais pas assez d'argent sur moi, faute d'un père radin. J'y arrivais donc, après avoir fais quinze bornes à pieds, en sortant du lycée. Je m'installais à une petite table, sur un grand siège marron, et je voyais une jolie serveuse blonde venir prendre ma commande... Oui je l'ai un peu dragué j'avoue, et alors? Je suis mignon après tout! C'était ses mots, même si elle était malheureusement prise. Et je m'en fichais de toute façon, car les américaines sont bien plus jolies. Cette serveuse nommée Sheryl m'avait fait trop rire, on avait pas mal discuté ensemble avant qu'elle ne se goure de commande, avec un autre client pour moi. Et moi, pensez-vous je n'ai rien dis! Je n'avais rien dis parce que ça me faisait une double ration, mais comme mon ticket affichait le minuscule repas j'avais réellement commandé, je n'avais presque rien payé. Veinard! Mais je n'ai pas pu rester plus longtemps dans ce petit fast food. J'ai alors trainé le reste de mon après-midi dans les rues, à regarder ce que je ne regretterais jamais. Au final, la soirée arriva bien vite, j'étais donc contraint de retourner chercher ma valise chez Doug' pour aller à l'aéroport, afin de rentrer définitivement chez moi.

Cependant, alors que j'avais trainé comme une brêle pour arriver jusqu'à "la maison", je me rendais compte que j'étais crevé de tout ce chemin. En effet, marcher dans une si grande ville ça crève vite! Alors quand je suis arrivé chez moi, je m'affalais de tout mon long sur mon lit et je m'endormais, au lieu d'attraper ma valise et de filer à l'aéroport. Deux heures plus tard, Douglas qui rentrait à peine du travail, venait me réveiller à coup de bouquin sur la tête pour me dire que mon avion s'en allait dans dix minutes. Je me suis levé en quatrième vitesse et je lui ai alors demandé de m'accompagner pour aller plus vite. Étant assez hargneux de me voir -je suppose- il a accepté en soupirant, puis nous sommes arrivés à l'aéroport. J'ai couru jusqu'à l'intérieur, valise en main, après lui avoir fais mes adieux et l'avoir remercié pour m'avoir accompagné. La suite vous la connaissez : enregistrement des bagages en catastrophe, bousculades à répétition dans la foule, course contre la montre, et enfin, embarquement. Fermeture des portes, c'est partit! J'allais enfin pouvoir rentrer chez moi, et je m'en réjouissais! Malheureusement, je rêvais tout debout car six heures après mon départ de bourrin, l'avion s'est mit à délirer pour finalement atterrir dans la flotte au milieu de nulle part.

Un long sifflement accompagné d'un lourd bourdonnement, une lumière vive qui me brûlait les yeux, ma chemise s'envolait puisque celle-ci était ouverte à cause de la chaleur, l'une de mes baskets se fit la malle. Et mon cœur, qui faisait l'ascenseur avec ce sinistre appareil qui plongeait, s'arrêtait tout à coup lorsque je fis le plus gros "plat" de ma vie dans une eau très peu profonde et pire que gelée. Survivrais-je? Si j'avais su : j'aurais frappé le plus pertinent des australiens de ma classe, ce matin. J'aurais mangé plus que de raison dans ce fast food, j'aurais embrassé Sheryl. J'aurais fumé un pétard. J'aurais envoyé le bouquin dans la tronche de Doug' lorsqu'il m'a frappé avec, au réveil. Je n'aurais pas pris cet avion pourri... mais surtout, ... je ne me serais pas levé!


Dernière édition par Maxim Ziegler le Ven 22 Juil - 21:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINThe Leader

J'AI POSTÉ : 5634
MON ÂGE : 22
JE ME SENS : angoissé à l'idée ce que je cache la trappe
OÙ SUIS-JE : sur la plage
INSCRIPTION : 18/04/2007

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-lerpg.forumactif.fr


MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Mar 5 Juil - 23:28
C’était l’anarchie sur la plage. Des gens qui courraient de tous les côtés, des corps éparpillés, et des cries faisant bourdonner mes oreilles. J’étais encore vêtu de mon costume noir, celui dont j’étais censé enterrer mon père, mais je n’ai pas eu de chance, il s’était écrasé sur cette île. J’espère que les secours ne tarderont pas, je n’ai pas envie de rester plus d’une semaine ici. Je suis prêt à tout pour partir. Mais pour l’instant, je venais d’arriver, je devais essayer de rester en vie, et d’aider celles des autres. Avec grand étonnement, je n’avais rien. A peine quelques griffures sur la joue, et un infime mal de dos, mais cela ne m’empêchait pas de courir à toute vitesse.

Courir… c’est ce que j’avais fait pendant à peu près une à deux minutes pour rejoindre un endroit où le panorama est superbe. Un sable fin, très clair, et un océan turquoise à perte de vue. Seulement, je n’étais pas en vacances à l’île Maurice, mais bel et bien perdu sur cette île. Alors que j’avais déjà aidé quelques personnes, je longeais la plage de long en large pour voir si personne n’avait besoin d’être secouru. En fixant l’océan, deux bras en ressortirent… mais ne bougeaient pas. Cette personne était-elle morte, ou avait-elle simplement était assommée par le choc du crash ? C’est ce que j’allais voir, et tout de suite. Sans plus attendre, je sprintais vers l’océan, et sautait dedans. Après quelques brasses qui me parurent une éternité, j’arrivais vers le noyé, un jeune asiatique. Son cœur battait toujours, je sentais son poult dans son cou. Cependant, je devais le ramener au plus vite sur la « terre » ferme, si on pouvait dire cela, car c’était du sable qui s’entendait tout autour de moi. J’étais fatigué. Je ramenais, seul, un homme qui n’était pas des plus léger, vers la plage, alors que je venais de survivre à un crash d’avion.

Oceanic Airlines… cette compagnie portait bien son nom. Quand je serais revenu au pays, je vous dis pas la plainte que je vais leur coller au cul à ceux-là. Multiplié par la centaine de passagers qui avaient survécus. La faillite ne sera pas loin. Mais bon, le problème n’était pas là. Je devais sauver ce jeune homme. Je me demande quand-même comment il avait fait pour se retrouver torse-nu, bermuda, et pieds-nus. Sûrement que quand il est arrivé dans l’avion, il voulait se mettre au parfum des vacances.

Epuisé, je l’avais ramené sur le sable. Bonne nouvelle, son cœur battait toujours. Cependant il semblait être inconscient. Est-ce que vous m’entendez ? Aucune réponse de sa part. Dernière solution, le massage cardiaque et le bouche-à-bouche. Allait-il revenir, j’allais bientôt le savoir…



    JACK ♣ I don't trust myself. How am I supposed to trust you, Invité?


Dernière édition par Jack Shephard le Ven 22 Juil - 12:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Mer 6 Juil - 2:06
Après avoir bousculé les milles passagers à l'aéroport pour faire enregistrer mes bagages, j'avais entendu l'annonce qui disait que mon avion allait bientôt s'en aller. Je m'étais donc précipité vers la porte, billet en main, en m'excusant incessamment à tous ceux que j'écartais de mon chemin. L'hôtesse me reçut gentiment, me demanda mon billet et m'accorda de passer. Je suivais donc les autres personnes de mon vol, de loin et montais à bord de l'avion. Encore un peu plus et je n'y entrais pas! Pfft je vous jure, sale journée! Bref, je m'installais à mon siège et réclamais un verre d'eau gentiment. L'hôtesse me l'apporta quelques minutes après l'annonce du décollage.

Le vol s'était plutôt bien passé, jusqu'à ce qu'on traverse une zone de turbulences assez rude. Je n'oublierais jamais tous ces gens qui hurlaient autour de moi à m'en donner mal au crâne. Tout tremblait et moi aussi, j'étais terrifié, j'en avais des larmes aux yeux, mes bras gigotaient pour pouvoir m'accrocher à quelque chose de solide, car je n'arrivais pas à attacher ma ceinture. L'avion faisait un bruit atroce, je paniquais, c'était genre la fin du monde quoi! Un affreux sifflement, les bip incessants d'appareils défectueux, des grincements et des bourdonnements, un boucan du diable provenait de l'avion qui s'arrachait en plein vol... Et puis soudain... Je m'envolais. Mes chaussures que j'avais toujours la flemme de lacer se retiraient aussi facilement que je les mettais, ma chemise qui n'était pas boutonnée par cause de cette chaleur s'extirpait de mes bras, tout s'était envolé... et moi avec. Heureusement il me restait encore mon pantalon! Mais ce fut le silence total pendant ce moment qui me semblait éternité, à tomber dans le vide, et ce vent qui me refroidissait le dos. Puis je tombais à l'eau dans un grand "plat" sans précédent. Mon dieu ça tuait le dos n'empêche! Je perdis connaissance après avoir senti mon cœur faire un sursaut.

J'étais alors un déchu du crash Océanic 815, je flottais en solitaire dans cette partie d'océan, comme une branche d'arbre arrachée de son tronc. Frigorifié, paniqué, sans pouvoir bouger, ni même pouvoir nager, j'étais complètement tétanisé de ce qui venait de se passer et pour couronner le tout, j'avais l'impression que mon cœur s'était stoppé. Je ne sentais plus le moindre de mes muscles, comme si je n'étais qu'une coquille vide... Mais ça devait être une illusion pas vrai? N'empêche que l'image de l'avion coupé en deux au dessus de moi restait gravée dans mes yeux fermés, cette simple image était pire qu'une panoplie de films d'horreurs rassemblés.

J'ignore ce qui se passait ensuite, mais ce que je sais c'est que je ne faisais pas du surplace, non je n'étais pas emporté par le courant, mais plutôt par quelque chose qui tenait mes bras, je n'arrivais pas à ouvrir les yeux pour en avoir le cœur net. J'étais dans tous mes états, trop choqué pour faire face à cette situation. Comment avait-on pu en arriver là? S'écraser au milieu de nulle part? Et puis quoi encore? Non non non! Il fallait que je rentre chez moi! Mais au lieu de ça, on me portait et me glissait sur la terre, puis on plaquait mon douloureux dos sur ... du sable? Ça m'en avait tout l'air en tout cas. Ce sable était encore plus brûlant et irritant que le "plat" que j'avais fais dans l'eau gelée, ça me réchauffait un peu et je me sentais mieux de ne plus sentir mon corps s'envahir d'eau. Je n'arrivais même plus à respirer, c'est pour vous dire dans l'état que j'étais.

Ensuite un bruit se fit entendre proche de mes oreilles, une voix peut-être? Comment le savoir? J'avais encore de l'eau dans les oreilles et les vibrations de cet avion se répétaient encore. Il m'était donc difficile de comprendre quoique ce soit, même si on me parlait, cela n'avait pas la moindre différence avec un bruit immonde, à l'heure actuelle. Je restais alors immobile sur ce sable, sans trop savoir comment revenir à moi, mais soudain on me pinçait le nez, des lèvres se posèrent sur les miennes, puis de l'air arrivait. Enfin de l'air! Mais j'espérais quand même que ces lèvres appartiennent à une fille, imaginez ma tête si j'ouvrais les yeux et que cela soit un... h.. un homme! Je n'imagine même pas. Quelque chose vint s'appuyer sur ma poitrine à répétition, des mains? Un massage cardiaque sans doute? Se pouvait-il que j'étais en train de mourir? Non pas possible, je ne veux pas!

Suite à ce présumé massage cardiaque, je recrachais de l'eau... Ah c'était affreux, j'en toussais tellement c'était douloureux et horrible! J'avais ce gout d'iode et d'algues sur la langue, berk! L'eau sortait enfin de ma gorge mais mes yeux restaient collés par mes larmes et la douleur que je subissais. Suffoquant, je tentais de me redresser et je me laissais plutôt tourner sur le coté pour mieux recracher tout ce que j'avais pu avaler.


Dernière édition par Maxim Ziegler le Ven 22 Juil - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINThe Leader

J'AI POSTÉ : 5634
MON ÂGE : 22
JE ME SENS : angoissé à l'idée ce que je cache la trappe
OÙ SUIS-JE : sur la plage
INSCRIPTION : 18/04/2007

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-lerpg.forumactif.fr


MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Ven 8 Juil - 0:25
Allez, revenez ! Allez ! Revenez ! C’est ce que je criais en faisait un massage cardiaque à ce jeune asiatique. Je savais qu’il pouvait le faire, il lui fallait juste un petit peu de temps, mais il allait revenir. C’était reparti pour un tour, le septième. Je réessayais le bouche-à-bouche quand je sentais tout d’un coup son souffle sur mon nez. Je m’enlevais donc à la vitesse de l’éclair pour ne pas qu’il ne me crache dessus, et le tournait sur le côté pour qu’il puisse bien évacuer toute l’eau qu’il avait accumulé dans les poumons depuis le crash. Il n’était pas passé très loin de la correctionnelle le jeune, il avait de la chance que je sois docteur, et que je me trouvais à proximité ! Mais je pense quand-même qu’il aurait préféré rejoindre sa destination sans problèmes, ce qui n’était pas vraiment le cas.

Enfin j’allais pouvoir mettre en exécution mes quelques leçons de pilotage que j’avais reçu alors que j’étais plus jeune. On me parlait de transmetteur radio. Ce fameux transmetteur qui pourrait permettre à l’équipe de recherche de nous localisation avec plus de facilité. Mais ça, cela se trouvait dans le cockpit. Et où est le cockpit ? Dans la jungle, comme par hasard. Il n’aurait pas pu tomber sur la plage, comme le reste de l’avion ? Non, bien sûr que nous, ma chance légendaire avait encore remporté le duel. Premier jour sur cette l’île que devais déjà partir en expédition suicide… J’espère quand-même qu’il y avait d’autres aventuriers sur l’île, et que je ne serais pas le seul à partir ! Enfin, seul ou pas, rien ne m’empêchera de tout faire pour quitter cette île.

L’asiatique avait quasiment recraché toute l’eau qu’il avait. Bon moment pour le mettre en position assis pour qu’il puisse reprendre tout doucement ses esprits, et son souffle.



    JACK ♣ I don't trust myself. How am I supposed to trust you, Invité?


Dernière édition par Jack Shephard le Ven 22 Juil - 12:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Ven 8 Juil - 2:57
J'étais allongé sans réaction depuis quelques minutes, sous cet homme qui me faisait un massage cardiaque. J'entendais maintenant un son à peu près normal, tout redevenait plus clair au fur et à mesure, juste avant que je ne revienne tout à coup. Sûrement était-ce encore la voix de l'homme qui était venu me pêcher dans cet océan, mais honnêtement je n'étais sûr de rien. En tout cas il s'acharnait pour me sauver, j'ignore pourquoi mais ses paroles m'y faisaient croire. Étais-je si désespéré que cela? Fort heureusement, non! Voilà que je crachais de l'eau comme jamais! En fait c'est normal, je ne me suis jamais noyé en ces vingt ans d'existence, sinon je m'en serais souvenu! J'aurais quand même préféré avoir un souvenir comme tel avant de me réveiller, ça m'aurait certainement permit d'effacer cette vision d'horreur sur l'avion, coupé en deux. Enfin bon tant pis, on n'a jamais ce que l'on veut de toutes manières. Je voulais rentrer chez moi, je voulais revoir ma mère, je voulais n'avoir jamais vécu chez ce père que je connaissais très peu, et je n'avais rien eu de tout cela. Était-ce parce que je le méritais? Pourtant, je n'avais jamais rien fais pour nuire à qui que ce soit dans ma vie, pas que je m'en souvienne en tout cas.

J'étais toujours en train de cracher mes poumons, sans l'eau cette fois, tandis que l'homme qui m'avait sauvé, m'asseyait. J'essuyais alors mes yeux avec le revers de ma main pour y voir plus clair, car lorsque je les ai ouvert il y a quelques secondes, tout était brumeux et flou. Je n'y voyais absolument rien! Mais là tout revenait, sauf une chose... La chaleur, effectivement j'avais froid, mais ça c'était un peu normal, j'étais à pieds et torse nu, de ce que je constatais avec surprise. Mes bras s'entre-frottant doucement, je relevais lentement le visage perdu vers un américain -du moins je crois- égratigné au visage...

« C'est... C'est vous qui m'avez sauvé? » Demandais-je étourdi.

Et qui d'autre? Il n'y avait que lui avec moi. Je n'avais pas encore bien repris mes esprits, mais je posais déjà des questions idiotes! Était-ce bon signe ou pas? En tout cas j'étais entier, c'est ce qui comptait! Enfin... entier, il fallait le dire vite parce que mes fringues manquaient à moitié à l'appel! Mais où était donc passée ma chemise? Je regardais autour de moi tout en essayant de me lever, et sans la trouver, je voyais sur le coté le carnage... Mes yeux s'agrandirent soudainement. De la fumée, du feu, des cadavres à perte de vue et des blessés partout, non de ... Je me relevais très rapidement avant même d'avoir pu jurer et je continuais de regarder ce foutoir, choqué.

« M-merde... Il s'est passé quoi ici?! On est où là? » Demandais-je paniqué. « Et mes baskets, elles sont où? Ma chemise...? » Me demandais-je, plus bas.

J'avais failli en trébucher tellement j'étais perturbé, notre avion, le retour au pays! Je reprenais mes esprits avec violence et je commençais à penser que mes affaires n'avaient aucun intérêt face à cette plage sinistre. Tant de gens étaient éparpillés sans vie sur le sable, alors que je n'avais pas la moindre blessure. C'était épouvantable.


Dernière édition par Maxim Ziegler le Ven 22 Juil - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINThe Leader

J'AI POSTÉ : 5634
MON ÂGE : 22
JE ME SENS : angoissé à l'idée ce que je cache la trappe
OÙ SUIS-JE : sur la plage
INSCRIPTION : 18/04/2007

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-lerpg.forumactif.fr


MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Lun 18 Juil - 12:23
Oh non, je n'étais pas du genre à me jeter des fleurs, et encore moins à me vanter, même si j'avais réussi quelque chose d'héroïque. Là, je venais de sauver un gosse de la noyade. Rien de très particulier ni d'héroïque d'ailleurs, parce que c'était mon quotidien, et j'avais fait des choses plus spectaculaire que celle-là. La dernière qui me revenait en tête, c'était Sarah.

Cette femme qui avait survécu à un énorme accident de la route. Une chance que n'avait pas eu l'autre conducteur, qui était mort à l'hôpital, peu après son entrée au bloc opératoire. Constat rapide des dégâts pour Sarah : elle avait la colonne vertébrale brisée. Ses chances de retrouver un jour l'usage de ses jambes étaient absolument nulles. Cette femme faillie me faire pleurer au moment où j'appris qu'elle allait se marier dans les mois à venir. Elle m'avait chuchoté qu'elle ne pourrait plus danser à son mariage, mais qu'elle pourra toujours rouler.. Malgré l'état de sa colonne, j'y croyais. Avant l'opération je lui avais fait une promesse. Celle de la réparer, comme ça, elle pourrait de nouveau danser pour son mariage. L'opération eu lieu avec succès, mais je n'avais pas réussi à "réparer" Sarah, comme je lui avais promis. Pris de colère et de déception, le sport était ma dernière solution pour décompresser. À mon retour dans la chambre d'opération de Sarah, la chose dont j'aurais le moins pensé dans ce monde se produisit. La jeune femme pouvait remuer les orteils et sentait ses jambes. Elle aura de nouveau l'occasion de danser pour son mariage. Seulement, son mari n'était plus le même. Son mari.. c'était moi.. Et maintenant nous sommes divorcés, et elle avait sûrement refait sa vie avec un autre homme depuis le temps que je ne l'ai pas vue.

Alors que l'asiatique recrachait toute la masse d'eau qu'il avait ingurgité, je l'avais assis contre un débris de l'avion. J'avais déjà donné ma cravate à un homme pour lui stopper son hémorragie externe, j'allais à présent devoir donner ma veste de costume à ce jeune homme, qui avait l'air de mourir de froid, tremblotant. Et c'est à ce moment, qu'il me posa une question à laquelle je décidais de ne répondre qu'en lui donnant ma veste. Il m'avait demandé si c'était moi qui l'avais sauvé. Ma modestie avait encore pris le dessus et avais repoussé ma fierté sur le côté. Finalement, il était plus robuste que je le pensais celui-là. À peine avait-il tourné la tête vers le lieu principal du crash, qu'il s'était mis debout, excité comme une puce. Et en plus de ça, j'avais gagné une masse de questions, dont certaines auxquelles je ne connaissais pas la réponse.
- Notre avion s'est écrasé sur cette île, et où nous sommes, ça risque d'être difficile de vous répondre ! Et maintenant il enchainait, et me demandait où étaient ses chaussures et sa chemise.
- Ça, je n'en ai aucune idée, je vous ai trouvé dans l'eau comme ça.



    JACK ♣ I don't trust myself. How am I supposed to trust you, Invité?


Dernière édition par Jack Shephard le Ven 22 Juil - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Mar 19 Juil - 7:09
Je restais choqué face à cette vue : du fuselage partout, du sang, des cadavres, des blessés, des larmes et des cris. Une plage n'était-elle pas censée être un havre de repos et d'amusement? Être un paysage magnifique où l'on contemple l'océan et où l'on s'amuse avec nos amis? Là, tout ce que je citais n'existait même pas, c'était comme si une bombe avait tout foutu en l'air ici. Mes yeux n'osaient plus regarder autre chose que ces débris enflammés, cette fumée,... j'étais absorbé par tout ça et j'étais perdu, je ne savais plus quoi penser. Bon sang mais comment on en était arrivé là? L'avion qui se détruit en plein vol, c'était pas censé être conçu pour résister ça? Comment un appareil aussi gros pouvait-il se briser aussi facilement qu'une baguette en bois? Je ne comprenais pas, et malgré moi je l'avais vu de mes propres yeux, mais je n'y croyais pas. C'était impossible, tout à fait improbable que cela se produise!

L'homme qui m'avait sauvé la vie se tenait toujours à coté de moi, je lui avais demandé ce qu'il s'était passé ici, mais apparemment il en savait autant que moi sans pour autant pouvoir répondre parfaitement à mes questions... C'était normal après tout, il était dans l'avion lui aussi, il venait de vivre le même -ou à peu près le même- cauchemar que moi. Je frissonnais et je tremblais comme si j'étais entré dans un congélateur, il me donna bien gentiment sa veste en me répondant qu'on venait de se crasher sur cette île, mais qu'il allait être difficile de me dire où nous sommes. Je mettais sa veste sur mon dos en souriant bêtement.

« J-je comprends. Merci pour la veste... » Disais-je timidement.

Il enchainait en me répondant qu'il ne savait pas où étaient mes affaires, je me sentais vraiment con qu'il me réponde à ça, car je me parlais à moi-même à ce moment là. D'un autre coté, on pouvait penser que puisque je n'avais voyagé avec personne, je ne pouvais m'accrocher qu'à ce qu'il me restait. Non n'ayez crainte, je ne suis pas encore au point de me rabattre sur ma valise! Je tenais le choc malgré tout et je restais tranquillement debout face à cet homme, en me frottant à sa veste pour me réchauffer. Je me mis à rire bêtement et je le regardais droit dans les yeux.

« C'est pas grave pour mes affaires, c'est pas important... Je m'appelle Max! Et vous? » Ajoutais-je en m'avançant un peu vers le grabuge, histoire de m'éloigner de l'eau. Mais au moment où je voulais aller plus loin, je remarquais du sang sur la chemise de cet homme dont je ne connaissais toujours pas le prénom. « Ha... Vous saignez! »

Quel homme stupide! Il était blessé et ne s'en rendait même pas compte? Je me penchais un peu plus vers son dos en allant vers celui-ci, et je passais un doigt sur la chemise pour regarder à l'intérieur sans toucher à la plaie. C'est en grimaçant que je me redressais, ce n'était pas très beau à voir... moi je n'avais rien et lui il tenait debout malgré sa blessure... Je rêve! Oui c'est ça, ça doit être un mauvais rêve, un cauchemar même!! N'empêche que je le plaignais, j'avais mal pour lui et je voulais l'aider en retour de ce qu'il avait fait pour moi, même s'il devait considérer son acte comme modeste et banal, moi je ne pourrais jamais l'oublier, mais que faire pour lui au juste?

« Ça va aller? » Demandais-je en m'inquiétant un peu.


Dernière édition par Maxim Ziegler le Ven 22 Juil - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINThe Leader

J'AI POSTÉ : 5634
MON ÂGE : 22
JE ME SENS : angoissé à l'idée ce que je cache la trappe
OÙ SUIS-JE : sur la plage
INSCRIPTION : 18/04/2007

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-lerpg.forumactif.fr


MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Mar 19 Juil - 21:01
Euh, j’avais comme un léger problème. J’avais une belle petite plaie ouverte sur le côté gauche de mon corps. Mais bon, ça ne me gênait pas plus que ça donc, je pouvais laisser ça pendant encore un petit moment. Cependant, il ne fallait pas que je tarde trop non plus, ça risquait de s’infecter. Et sur une île comme celle-là, sans matériel médical, c’était déjà mort d’avance. Allez, après avoir aidé plusieurs personnes depuis le crash, il serait bon que je m’occupe un minimum de moi à présent. Ou plutôt, c’est ce que j’aimerais faire. Mais mon âme de docteur en décidait autrement. Certes, j’allais m’occuper de ma propre personne, mais je devais aider les autres avant cela. Ta bonté te perdra Jacko !

L’image de l’avion que se brisait en mille morceaux au-dessus de cette île restera gravée dans ma mémoire jusqu’à la fin de ma vie. Et si la situation continuait à tourner dans ce sens, ça risquait d’être dans pas longtemps. En plus de sauver les gens, je devais en plus leur donner mes vêtements. Pour l’instant, c’est ma cravate et ma veste. Je demande bien ce qu’il se passera à la dixième personne… Bien entendu, l’homme me remercia logiquement pour le don de ma veste. Malgré ça, il avait toujours un peu froid, mais c’est tout ce que je pouvais faire, je ne pouvais plus lui donner ma chemise non plus. Nous n’étions tout de même pas sur une île nudiste. Enfin je crois.

Comment dire… Je me sentais assez débile au moment où, lorsque j’avais répondu à l’asiatique sur l’endroit où se trouvait ses vêtements (enfin, répondu était un grand mot, je n’avais aucune idée d’où ils se trouvaient). En effet, il avait bêtement ricané. Cette question, il se l’était posée à lui-même, mais j’étais au taquet de tout ce qu’il pouvait se passer, et donc j’ai machinalement répondu à sa basse question. Il prit le temps de me dire que ce n’était pas grave pour ses vêtements avant de me donner son prénom, Max. Cela m’étonnait assez, d’après son visage ça ne m’aurait pas étonné qu’il me dise Lee, ou Kim. Enfin, des noms clichés asiatiques. Il ne devait être Japonais que de lointaines origines.
- Moi, c’est Jack.
Ma réponse fut brève, mais bon, il ne m’était inutile d’en dire davantage. Max avait sûrement remarqué ma blessure. Alors qu’il s’avançait vers le lieu principal du crash, il s’arrêta brusquement, et posa ses yeux sur ma blessure, tout en me précisant –comme si je ne l’avais pas vu- que je saignais.
- Oui, je sais, c’est pas grave.
Peut-être était-il médecin ? Sa façon d’agir par rapport à ma blessure pouvait en justifier. Il avait l’air de s’en soucier, et passait son doigt sur ma chemise et toucha en plein ma plaie, qui me fit ressentir une légère douleur.
- Oui, ça va aller, vous inquiétez pas pour moi, j’suis médecin !



    JACK ♣ I don't trust myself. How am I supposed to trust you, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Mer 27 Juil - 7:28
Jack qui venait de me dire son prénom, était blessé. Je lui souriais quant à sa présentation, même si elle fut brève ce qui ne me choquait pas plus que cela. Bah quoi, je n'allais pas demander la lune non plus, son prénom était suffisant pour moi... Quoiqu'on pouvait faire connaissance par la suite, s'il le désirait. Je m'étais avancé vers le barda de l'avion en miettes, toujours en me frottant à la veste même si je commençais à avoir chaud, puis j'apercevais une tâche rouge. Je fis donc le tour de Jack pour vérifier si c'était bien du sang que j'avais vu sur sa chemise, et je m'étonnais de vouloir être plus curieux envers cette plaie. Je passais lentement un doigt à travers le tissu blanc arraché et le poussais un peu pour voir la blessure. Fichtre! J'avais prévu de ne rien toucher et malheureusement je venais de le faire. En me redressant, mon doigt sortit lentement de la chemise, en sang.

« Désolé! J'espère que je vous ai pas fais mal... »

Je détestais la vue du sang mais je n'étais pas chochotte au point de m'en évanouir, je frottais donc mon doigt sur mon pantalon, pour essuyer ça. Après tout, je m'en foutais, ce n'était qu'un froc et je n'étais plus à ça près. Bien que je me demandais si je retrouverais ma valise dans ce foutoir. J'avais demandé à Jack si ça allait aller, honnêtement je ne savais pas quoi faire pour lui, si seulement je savais mieux coudre comme ma mère me l'avait appris j'aurais su l'aider, quoique... mes jeans n'étaient pas si mal cousus que ça quand je les customisais! Hélas c'était une toute autre chose de recoudre un homme : il y avait des organes derrière la peau, des tissus et tout un tas de sang à ne pas faire évacuer avec une simple aiguille... Alors moi, recoudre un homme?! Sûrement pas! Je ne voulais pas avoir cette responsabilité sur le dos.

« Oui, ça va aller, vous inquiétez pas pour moi, j’suis médecin! »
« Ah c'est super ça! Mais c'est pas votre titre de médecin qui va faire que je ne m’inquiète pas... » Répondais-je d'un petit sourire.

Cet homme m'avait sauvé la vie malgré ses blessures, apparemment il savait ce qu'il faisait puisque c'était son métier de sauver les gens mais je me souciais de lui et de cette plaie toute moche, j'ignorais pourquoi... La sympathie peut-être? Bien sûr que je m'inquiétais, et je ne pouvais pas faire autrement, même s'il me le demandait. Je retirais donc sa veste de mon dos, et je la lui rendais gentiment.

« Ça va mieux maintenant, je vous la rend. » Lui disais-je avec le sourire.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un sushi à la mer!   Aujourd'hui à 23:05
Revenir en haut Aller en bas
 

Un sushi à la mer!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST RPG ™ :: Moment de détente :: Archives-