« why do we fall ? » AARON.



AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Votez pour nous sur le top site d'Obsession ICI svp, merci ♥.

Partagez | 
 

 « why do we fall ? » AARON.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité



MessageSujet: « why do we fall ? » AARON.   Jeu 14 Juil - 18:35
TROUBLE IS MY FIRST NAME
Prénom(s) : Aaron Daniel
Nom(s) : McAllister
Age : 33 ans.
Date et lieu de naissance : le 4 mars 1971, à Los Angeles.
Métier : Soldat dans l'armée.
Groupe : Leaders.


WHATEVER HAPPENED, HAPPENED
« Par où commencer ? Bien que ma vie ne soit pas si palpitante qu'elle n'y paraisse, j'ai du mal à organiser mes souvenirs. Écrire pour extérioriser, c'était une idée de ma psy mais je ne l'ai jamais suivie : ce n'est que maintenant, alors que je suis coupé de tout, que je réalise à quel point j'ai été stupide de ne pas avoir pris cette thérapie plus au sérieux. Si j'avais suivi ces conseils, je ne serais peut être pas là aujourd'hui...
Je ne sais pas à qui appartiennent ce bloc-note et ce crayon, je l'ai trouvé dans une valise abandonnée. Sur le coup, je n'ai pas su quoi en faire mais je l'ai finalement glissé dans ma poche, pensant qu'il me serait peut être utile. J'ai eu raison : même si la vie sur l'île est parfois mouvementée, certaines journées sont monotones et la seule occupation que j'ai trouvé jusqu'ici, c'est écrire.

Je n'ai jamais été bon à l'école, ce qui explique sûrement ma difficulté à raconter ma vie dans ce carnet. Ma petite sœur était bien meilleure que moi dans les études et je n'ai jamais cherché à travailler davantage pour la surpasser. Elle s'appelait Rachel et elle était la plus grande fierté de mes parents. Véritable surdouée, elle avait d'ailleurs sauté deux classes et décrocha son diplôme de fin d'études avec succès, tandis que j'arrivais à peine à obtenir la moyenne dans une université médiocre de Los Angeles. Je suppose que c'est à ce moment-là que je compris que cela ne servait à rien de s'obstiner : j'ai donc arrêté mes études après ma première année d'université, sans savoir vraiment ce que la vie me réservait.
A l'époque, j'étais plutôt insouciant et peu désireux de réfléchir à mon avenir. J'étais jeune, comme disait mes parents. Ils ne comprenaient pas pourquoi je n'arrivais pas à me décider pour un métier et s'en inquiétaient. Dans ma tête, ils étaient l'archétype des parents modèles : ils s'aimaient toujours profondément, contrairement aux parents divorcés de mes amis, étaient compréhensifs et tolérants (dans la mesure du possible) et nous offraient toujours leur aide lorsqu'ils le pouvaient. Grâce à eux, mon enfance s'était déroulé sans la moindre accroche et je suppose que c'est pour cela qu'ils se sont autant posés de questions : qu'avaient-ils pu bien rater dans l'éducation de leur fils aîné pour qu'il finisse désœuvré à ce point-là ? Ils n'avaient rien raté du tout, ils ne comprenaient simplement pas que je n'étais pas comme eux et que leur petite vie réglée comme du papier à musique ne m'intéressait pas. J'avais besoin d'aventure et de liberté, loin du foyer familial.

Mais au bout de quelques mois, je commençais à être fatigué d'enchaîner les petits boulots fatigants et mal payés. J'avais du mal à joindre les deux bouts et étant donné que je refusais catégoriquement l'aide de mes parents, je me retrouvais bien vite sur la paille. Bien sûr, j'étais heureux : malgré mes problèmes d'argent, je menais la belle vie, entouré d'une bande d'amis avec qui je sortais presque tous les soirs. C'est à cette période-là que j'ai rencontré la femme de ma vie, Emilia. Notre relation avait plutôt mal commencé : lors d'une soirée, après avoir renversé ma bière sur son chemiser, l'un de mes amis avait vomi sur l'amie qui l'accompagnait. Autant vous dire que ce soir-là, nous sommes chacun reparti de notre côté : pas besoin d'avoir des dons de devin pour savoir que je n'avais aucune chance de la revoir.
Mais le destin semblait en avoir décidé autrement : l'année suivante, ma mère apprit qu'elle avait un cancer et dut être hospitalisée en urgence. Alors qu'un soir j'étais resté à son chevet, je croisai Emilia dans les couloirs de l'hôpital : d'abord surprise, puis gênée à l'idée de me revoir, elle m'expliqua ensuite qu'elle était interne ici. Les mois qui suivirent furent difficiles : ma famille se déchirait lentement à cause de la maladie qui rongeait ma mère. Rachel était toujours à l'université et je n'eus pas d'autre choix que de retourner vivre chez mon père, incapable de se débrouiller seul depuis que sa femme était malade. Malheureusement, au lieu de renforcer nos liens, cette proximité n'amena que des disputes et des rancœurs, inutiles pourtant, face au drame que nous étions en train de traverser.
Les seuls moments de réconfort, je les passais en compagnie d'Emilia à l'hôpital, mais elle restait toujours distante, comme si quelque chose clochait entre nous.
Quelques mois plus tard, ma mère décédait : la cancer était à un stade trop avancé pour qu'elle ait la chance survivre. Sa mort acheva de briser totalement notre famille : mon père s'enferma à double-tour chez lui pour faire son deuil, Rachel se lança à corps perdu dans ses études de médecine afin d'oublier qu'elle venait de perdre sa mère et moi, je restais seul, en essayant de comprendre ce qui venait de nous arriver. Comme si elle avait compris que j'avais besoin d'aide, ce fut à ce moment-là qu'Emilia parvint enfin à me entrer dans sa vie.

De nombreux mois s'écoulèrent tandis que nous devenions un peu plus proches chaque jour. Nous avions des projets ensemble et pour la première fois, l'avenir ne me faisait plus peur : j'étais enfin décidé à me conduire en adulte. Malheureusement, le problème du travail se posait encore et toujours. Je n'avais aucune formation, aucun diplôme qui me permettait de postuler à un emploi stable et même si Emilia ne cessait de me répéter que cela lui était égal, qu'elle était capable de subvenir à nos besoins avec son salaire, je savais que cette situation l'affectait. Pas autant que moi cependant : je me sentais complètement inutile face à elle. Bientôt, la solution s'imposa à moi comme une évidence : à cause de l'actualité, j'étais au courant que l'armée recrutait et je vis dans cette carrière une opportunité de devenir enfin quelqu'un. Ce n'était pas la solution idéale, cependant. Rentrer dans l'armée revenait à faire une croix sur une partie de ma vie avec Emilia, mais j'étais prêt à faire ce sacrifice si cela impliquait qu'elle change enfin de regard sur ma vie et mes choix.
Les disputes étaient devenues de plus en plus fréquentes dans notre couple et lui annoncer la nouvelle était presque comme un soulagement pour moi : j'étais persuadé qu'elle serait heureuse de se débarrasser de moi mais j'avais tort. Elle resta d'abord silencieuse pendant plusieurs secondes, avant de fondre en larmes et de se jeter dans mes bras, comme si elle voulait me retenir de partir. Entre deux sanglots, elle finit par me glisser à l'oreille : « Épouse-moi... »

Le mariage eut lieu une semaine avant mon départ pour une première mission. Aux yeux de mon père, c'était une bêtise, pourtant, jamais Emy et moi n'avions été aussi heureux. Elle m'avoua des mois plus tard que mon départ lui avait fait prendre conscience à quel point elle était heureuse et qu'elle regrettait d'avoir été sur le point de me perdre pour prendre la décision de m'épouser. Lorsque je quittais pour la première fois Los Angeles, j'étais à la fois excité à l'idée de ce que mon engagement dans l'armée allait m'apporter et confiant en l'avenir. Comment aurais-je pu deviner, à ce moment-là, que mon existence tournerait au cauchemar quelques années plus tard ?

La vie de soldat n'était pas facile mais j'étais prêt à en faire le sacrifice. Il m'arrivait parfois de passer des mois en mission, loin de mon pays mais lorsque je revenais et que je retrouvais Emilia, j'étais le plus heureux des hommes. Quelques années s'écoulèrent, plus ou moins paisiblement : je savais que mon comportement avait changé, que j'étais moins patient, moins calme, parfois brusque envers Emilia. Mais elle me pardonnait et acceptait tous mes changements d'humeur : elle savait à quel point l'armée pouvait changer un homme.
Mais ni elle ni moi n'étions préparés à affronter le drame à venir. Il y a un peu plus d'un an, je fus envoyé, tous comme des milliers de soldats, en Irak. Notre unité fut attaquée alors que nous étions en déplacement jusqu'à une nouvelle base militaire : la voiture dans laquelle j'étais assis explosa littéralement, tuant sur le coup tous les hommes qui étaient avec moi. Je ne sais par quel miracle j'eus la chance de survivre et de m'échapper : je mis plusieurs semaines avant de rejoindre un camp américain et lorsque j'expliquai ma situation, je compris que j'étais passé pour mort pendant tout ce temps. Emilia, Rachel, mon père... ils devaient tous croire que je n'avais pas survécu à l'attaque.
Le retour à la civilisation fut difficile, mais rien ne fut pire que mes retrouvailles avec Emilia. Pendant plus d'une semaine, elle avait cru que j'étais mort et n'arrivait toujours pas à croire à mon retour. Elle sanglotait dès qu'elle levait les yeux sur moi avant de m'expliquer qu'elle ne pourrait plus supporter un autre drame. Au lieu de se réjouir de la situation, elle préférait voir l'avenir en noir en se demandant comment elle réagirait si une autre nouvelle de ce genre arrivait une nouvelle fois. Je ne pouvais pas lui en vouloir, je savais à quel point cela avait dû être dur pour elle mais pendant ce temps-là, notre couple se détériorait. Lorsqu'elle essayait de renouer des liens, c'était moi qui la fuyait. J'étais en colère contre elle parce qu'elle ne cessait de me dire qu'elle comprenait, alors que c'était faux. Personne ne pouvait comprendre ce que j'avais traversé. Nos disputes étaient de plus en violentes, je devenais parano et elle dépressive. Un matin, en me réveillant, je découvris qu'elle avait fait ses valises et qu'elle était partie.

La suite n'est qu'un immense brouillard, dans ma tête. Je suppose qu'après son départ, j'ai complètement pété les plombs. Heureusement, Rachel, ma petite sœur, a été très présente : ses études enfin terminées, elle me consacra beaucoup de temps et m'aida à reprendre une vie normale. Elle m'obligea également à aller voir une psychologue et même si je n'ai jamais fait aucun effort pour que cette thérapie fonctionne, je n'oublierais jamais le mal que ma sœur s'est donné pour que j'aille mieux.
Elle était avec moi dans l'avion, c'était elle qui s'était occupée de réserver ces vacances en Australie. Pour la première fois depuis longtemps, j'étais apaisé, presque heureux. Malheureusement, le destin décida que je n'avais pas le droit à un seul instant de bonheur puisque notre avion s'écrasa sur cette île perdue au beau milieu de nulle part.
Rachel est morte dans mes bras, quelques minutes après le crash. Je sais que je devrais me considérer comme heureux d'avoir survécu, mais comment pourrais-je me sentir bien alors que je n'ai pas réussi à protéger ma petite sœur ? Cette île est dangereuse, meurtrière et je suis prêt à tout pour la quitter. »


AWED AND SHOCKED
Qu'avez-vous ressenti lors du crash ? : De la douleur. Mais ce n'était pas seulement physique, j'étais surtout dévasté par la mort de ma soeur. Voir son corps brisé et ensanglanté sur le sable a été un véritable choc et j'ai mis du temps à réaliser ce qui se passait. Je n'ai pas eu peur sur le coup car je suis habitué à ce genre de situation extrême, mais paradoxalement, c'est depuis que la situation s'est calmée, que j'ai peur. Que va-t-il se passer si les secours n'arrivent jamais ? Cette île semble renfermer de terribles secrets et je crains que nous ne puissions survivre par nous-même bien longtemps.
Comment trouvez-vous l'île ? : À la fois terriblement dangereuse et attirante. Dangereuse, car elle a tué un grand nombre d'entre nous et continuera de le faire, à cause de son milieu tropical. Qui sait ce qui rôde dans la jungle, après tout ? Certains semblent prendre la situation à la légère mais il n'y a rien d'amusant : ceux qui n'ont pas l'âme d'un aventurier ne doivent pas aller seuls dans la jungle. Attirante car elle est tout le contraire de la vie que nous menions : elle représente un monde sauvage, qui a de nombreuses choses à nous offrir. Je dois avouer que les paysages sont magnifiques et que j'aime parfois cette sensation apaisante d'être coupé du monde.
Plutôt chasseur ou fermier ? : Les deux sont tout aussi importants pour survivre. Nous aurons besoin de viandes, de légumes et de fruits pour rester en vie. La chasse ne m'attire pas particulièrement mais je dois avouer que je préfère aller dans la jungle plutôt que de m'occuper de la terre.
Poisson, sanglier ou fruits ? : Si cela ne tenait qu'à moi, je ne me nourrirais que poissons et de fruits mais malheureusement, le poisson est très dur à attraper sans formation ni matériel de pêche. Manger du sanglier n'est pas franchement agréable, mais si c'est la seule façon de survivre...
Êtes-vous maintenant prêt à cohabiter sur cette île mystérieuse ? : De toute façon, je n'ai pas le choix. Cela ne sert à rien de se laisser abattre, même si j'aimerais parfois mourir et rejoindre Rachel. Entre survivants, nous devons nous serrer les coudes et nous entraider, afin que notre cohabitation se passe au mieux.


TORTURE ME NOT
- Aaron ?
La chambre d'hôtel était baignée d'une faible lumière. On aurait pu croire que le jour se levait à peine mais en réalité, la lumière ne pouvait pas filtrer à cause des rideaux tirés. Ces dernières furent bien vite ouverts par des mains expertes, tandis que leur propriétaire revenait à la charge en secouant l'homme allongé sur le lit.
- Aaron, nom d'un chien, il est presque 11 heures, on est vraiment en retard !
Ébloui par la soudaine lumière, ce dernier bondit hors du lit, les yeux à demi-ouverts, une grimace sur le visage.
- Rach' ? Mais qu'est-ce que tu fais là ?
- Je te réveille figure toi, puisque apparemment, tu n'es pas fichu de le faire par toi-même ! Il est 11 heures Aaron, 11 heures, et notre avion est dans moins d'une heure.
L'information mit du temps à monter au cerveau d'Aaron, encore endormi, mais lorsqu'il comprit la gravité de la situation, il se précipita dans la salle de bains, non sans jeter un regard au passage à son portable, qui indiquait effectivement 11 heures. Et merde. Il avait certainement dû oublier de mettre son réveil hier soir et étant donné qu'il ne s'était pas endormi avant deux heures du matin... Il posa son regard sur le reflet dans la glace, ignorant le visage furieux de Rachel qui était juste derrière lui.
- A quelle heure tu t'es couché ?
- Oh ça va, t'es pas ma...
Il ne termina pas phrase. Il ne souhaitait pas mentionner leur mère, pas comme ça.
- On est remonté à l'hôtel à 23 heures, pour se coucher tôt et toi, tu...
- Oh, ça va,
répéta-t-il une nouvelle fois tandis qu'il se passait un peu d'eau sur son visage fatigué.
Rachel surprit son regard et comprit pourquoi il ne souhaitait pas s'étendre davantage sur ses insomnies. Une expression radoucie sur son visage, elle sortit de la salle de bains et commença à mettre dans la valise les affaires de son frère.

Quelques minutes plus tard, dans un silence gênant, ils payèrent leur réservation et prirent un taxi qui les emmenèrent à l'aéroport. Aaron voyait bien que sa sœur était nerveuse : elle qui aimait tout contrôler ne supportait pas qu'ils puissent rater leur avion. Il essaya de s'excuser une fois encore, mais Rachel se contenta de poser sa main sur la sienne silencieusement.
L'aéroport était rempli de monde et ils durent jouer des coudes pour parvenir au guichet, ainsi que pour l'enregistrement de leurs bagages. Leur vol n'allait plus tarder à décoller, l'embarquement était immédiat, mais Rachel n'osait pas fendre la foule : Aaron prit les choses en main et traça un chemin pour lui et sa sœur à travers les autres passagers. Bientôt, ils arrivèrent en salle d'embarquement, non sans effort (une vieille dame les avait insulté parce qu'ils avaient accidentellement marché sur la queue de son caniche et avait bien failli les rouer de coups avec sa canne) et purent monter à bord de l'avion.

- Tu vois, c'était pas la peine de s'inquiéter pour si peu, déclara Aaron lorsqu'il attacha sa ceinture de sécurité tout en souriant d'un air moqueur à sa soeur. Cette dernière lui donna un coup de coude dans les côtes, avant de répliquer :
- Si tu me refais encore un coup pareil...
Ils éclatèrent de rire tandis que l'avion décollait, sans savoir qu'ils partageaient leur dernier moment de complicité.


BONUS
Prénom ou pseudo : Pancakes.
Comment as-tu découvert le forum ? sur PRD!
Et qu'en penses-tu ? Je le trouve super sympa, ça faisait longtemps que je cherchais un fo' sur LOST.
Célébrité sur ton avatar : Christian Bale.
Un dernier commentaire ? Je termine ma fiche demain, promis Arrow



Dernière édition par Aaron McAllister le Sam 16 Juil - 15:24, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINThe Leader

J'AI POSTÉ : 5634
MON ÂGE : 22
JE ME SENS : angoissé à l'idée ce que je cache la trappe
OÙ SUIS-JE : sur la plage
INSCRIPTION : 18/04/2007

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-lerpg.forumactif.fr


MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Jeu 14 Juil - 19:23
Bienvenuuuue Very Happy
Bonne chance pour la suite de ta fiche ! Smile



    JACK ♣ I don't trust myself. How am I supposed to trust you, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Jeu 14 Juil - 19:36
Wooo un homme!! Bienvenue Aaron!! (De la part de Hugo & Maxim) Wink
Bonne chance pour ta fiche!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Ven 15 Juil - 12:43
Merci beaucoup pour l'accueil :52512: Je me dépêche de finir ma fiche, j'ai hâte de rp!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Ven 15 Juil - 13:45
Bienvenue Aaron
(je tente ma chance, les Autres ne sont pas beaucoup, on t'accueille avec plaisir Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Ven 15 Juil - 15:54
Merci Juliet I love you mais désolé, j'ai déjà mon personnage en tête et il ne fait pas partie des autres Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Sam 16 Juil - 13:08
Désolé du DP, mais je crois avoir terminé ma fichette Pompom smiley
Le test rp n'est pas très long, mais je n'étais pas très inspirée, désolé Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Sam 16 Juil - 15:05
Hey!! ♥

Ta fiche est superbe! J'ai adoré l'histoire même si elle est un peu triste pour la maman.
Il y a cependant quelques erreurs mais c'est vraiment du détail. x)

Histoire :
- "Alors qu'un soir j'étais restée..." (je ne pense pas qu'il soit une femme, à vérifier cependant... *regard de perverse*) XD
- "...cela avait du..." (je pense qu'il y a un accent circonflexe Wink)

Comment trouvez-vous l'île ? :
- "A la fois..." (pour faire le À, fais Alt+0192) Wink

Test rp :
- "Il avait certainement du oublier de..."
- "A quel heure tu t'es couché ?" (on dit "une heure", donc c'est féminin... Wink)
- "Leur vol était en train d'être appelé et Rachel n'osait pas fendre la foule :" (Cela me semble juste un peu étrange.)

[...]

(une vieille dame les avait insulté parce qu'ils avaient accidentellement marché sur la queue de son caniche et avait bien failli les rouer de coups avec sa canne) > Il n'y a pas de fautes ici, mais j'ai explosé de rire sur ce passage... mortel! XD

Enfin voilà, je te laisse corriger? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Sam 16 Juil - 15:21
Merci Maxim, c'est très gentil et contente que ce passage t'ait faire rire :758430:
Je corrige pour les fautes, je me suis pas bien relue, quel boulet :26386:

Sinon, je m'explique pour la partie que tu ne comprends pas (mais j'avoue, c'est vraiment mal dit, je vais modifier xD) : leur vol est appelé, c'est-à-dire qu'une voix dans un interphone est en train de prévenir tout l'aéroport que l'embarquement de tel vol est immédiat Wink
EDIT : c'est corrigé normalement I love you

Revenir en haut Aller en bas
ADMINThe Leader

J'AI POSTÉ : 5634
MON ÂGE : 22
JE ME SENS : angoissé à l'idée ce que je cache la trappe
OÙ SUIS-JE : sur la plage
INSCRIPTION : 18/04/2007

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://lost-lerpg.forumactif.fr


MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Sam 16 Juil - 15:52
Même chose que Maxim, c'est vraiment une superbe fiche, bien structurée, bien menée..
Je te valide donc I love you

Quand tu feras ton premier post, il devra se trouver dans le sujet commun, à la plage (:
Bienvenue parmi nous ! Very Happy



    JACK ♣ I don't trust myself. How am I supposed to trust you, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Sam 16 Juil - 15:58
Rolalalah, arrêtez, vous allez finir par me faire rougir Embarassed Laughing
Mais merci, c'est super gentil Pompom smiley et je vais de ce pas poster mon premier rp à la plage Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Sam 16 Juil - 20:43
heuuu je ne t'ai pas souhaité la bienvenue d'ailleurs, donc welcome sur cette île de malheur!

ton histoire est des plus originales, j'ai pris plaisir à la lire, j'espère que nos deux personnages n'auront pas un avenir aussi tragique que celui de ta soeur ou encore de mon personnage dans la série. :26386:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Dim 17 Juil - 12:26
Merci Ana :547258: T'en fais pas, on est des winners, on survivra :22556:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Dim 17 Juil - 13:03
Derien et c'est pas grave, on aura l'occasion de se rencontrer certainement. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « why do we fall ? » AARON.   Aujourd'hui à 23:07
Revenir en haut Aller en bas
 

« why do we fall ? » AARON.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST RPG ™ :: Moment de détente :: Archives-