Suite Crash [Mayu]



AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Votez pour nous sur le top site d'Obsession ICI svp, merci ♥.

Partagez | 
 

 Suite Crash [Mayu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

J'AI POSTÉ : 40
MON ÂGE : 31
INSCRIPTION : 07/03/2013

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Suite Crash [Mayu]   Sam 9 Mar - 20:53
Spoiler:
 

j'avais eu de la chance, de voir la jeune femme sur l'arbre, car au final, je n'aurais pas pu l'entendre vu le bruit des réacteurs de l'avion, qui cachait la voix de la jeune asiatique. J'avais donc pu la voir et l'aider comme je le pouvais en espérant de ne pas la blesser mais il faut dire, le fait qu'elle soit en vie, soit déjà un miracle en soi. Alors que le chaos se faisait sentir autour de moi, je ne voulais pas me détourner de ce que je voulais faire : aider la jeune femme. j'étais monté tant bien que mal sur l'arbre, malgré le fait que je ne sois pas rassuré et que je sue comme un porc. j'enlevais alors mon tshirt, car faut se l'avouer, il faisait énormément chaud. J'avais ordonné à la jeune femme, de me prendre la main. Ce n'était pas méchamment, ni autoritaire, juste que ce n'était pas le moment de se la couler douce. Ma main , s'entrelace alors avec la sienne , et entourant mes jambes au tronc de l'arbre , un maximum pour ne pas tomber aussi, je lâche l'autre main pour que la jeune femme, se tienne à moi. Enfin, serrer contre moi, je finis par descendre doucement avec la jeune femme contre moi. Elle pleurait et de plus, elle saignait au front. Une fois, les pieds au sol, je l'amenait vers le sable. Bon ce n'était pas la meilleure idée du siècle car des cadavres traînaient au sol, faisant encore plus peur à la jeune asiatique. Mais bon, sous le feu de l'action, je faisais comme je pouvais et surtout comme je le sentais. Je n'étais pas surpris contrairement à la jeune femme aux cadavres qui longeaient le sable. J'avais vu pire et surtout, j'avais commis pire malheureusement. On va dire que cela me faisais presque aucun effet, ni peur, ni autres sentiments. Juste le choc mais cela ne se voyait presque pas.
Je regardais la jeune femme, qui versaient des larmes et qui saignaient en même temps sur le front. j’espérais qu'elle n'est pas de traumatisme crânien . Je cherchais autour de moi, un morceau de tissus en vain. Je finis par repartir à l'endroit où j'avais vu la jeune femme et enlevais mon T shirt pour le récupérer . Déchirant ce dernier tout en revenant vers l'asiatique, je lui mettais mon morceau de t shirt sur le front pour qu'elle arrête de saigner. J'avais demander à la jeune femme si elle allait bien sans me demander si elle parlait notre langue, sachant qu'elle avait sûrement compris ma parole de tout à l'heure.

La jeune femme, commençait à se calmer et elle ne faisait que de me répéter, merci Monsieur. Je lui souris , tout en regardant autour de moi, me rendant compte un peu plus de l'horreur de la scène. Puis je reposais mon regard sur la jeune femme. Elle avait l'air d'avoir moins de vingt ans et je me demandais si elle avait perdu de la famille ici. Je souriais , qu'elle me remercie , me convenait mais pas qu'elle m'appelle Monsieur. Je n'avais jamais aimé cela. Je fermais doucement les yeux où les images de Nadia me revenaient et je me disais que je n'allais pas la revoir de sitôt. Je ouvre alors mes yeux pour les poser sur la jeune femme.

- Je t'en prie .. appelle moi Sayid.

Dis je avec un sourire . Les gens continuer à crier et pleurer leur mort. Et moi j'étais là reprenant mon souffle, me demandant ce que je devais faire .
Revenir en haut Aller en bas
Mayu • kawaii & dangerous
J'AI POSTÉ : 125
MON ÂGE : 26
JE ME SENS : bien et heureuse d'être en vie.
OÙ SUIS-JE : sur la plage, mais je ne bronze pas.
INSCRIPTION : 07/03/2013

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://akira-rpg.eklablog.fr/


MessageSujet: Re: Suite Crash [Mayu]   Sam 9 Mar - 23:12
J'étais là, comme une pauvre fille en larmes, je tremblais assise sur le sable après que ce gentil homme m'ait accompagné sur la plage, lieu de toute beauté et d'épouvante à la fois. Mes mots s'en perdaient, mes souvenirs s'en bousculaient également, je ne savais plus où j'étais ni où donner de la tête. J'étais désorientée et comme dans une transe de peur panique, je ne voyais plus rien de ce qui m'entourait. Je me sentais comme dans un trou noir, ne voyant plus que mon sauveur dans la scène de toutes horreurs. Le bruit et les cris s'estompaient autour de moi, ou bien, même s'ils étaient encore bien présents, mes oreilles les ignoraient tellement bien que je ne pus les entendre d'avantage. De même que pour cette vision floutée de ces corps, ma vue se brouillait et n'osait plus regarder que cet homme aux cheveux bruns et bouclés. En revanche je ne pouvais oublier la forte odeur de chaire brûlée qui se mélangeait à la fumée de kérosène, ces fortes odeurs m'en brûlaient le nez et m'empêchaient de respirer convenablement, mais je respirais, c'était déjà cela. Ce n'est que lorsque l'homme partit soudainement que je réalisais que j'étais blessée. Un contre coup du choc j'imagine, puisque les douleurs apparaissaient comme si je venais de me blesser. Le sang coulait à flot sur mon front et dégoulinait jusque sur mon œil gauche, se mélangeant à mes larmes. J'ignorais où il était parti, je le cherchais des yeux et je remarquais qu'il s'était absenté sans même que je m'en aperçoive, et pourtant j'aurais juré que je m'y accrochais encore. Je vous le dis, j'étais complètement sonnée.

J'étais totalement paumée et je tentais même de ne pas pleurer une fois de plus sous cette douleur affreuse que je ressentais. Douleur qui attirait toute mon attention et voulait m'en faire crier, mais je résistais, je sentais déjà que ma gorge était irritée d'avoir autant hurlé en aussi peu de temps, je ne voulais pas perdre ma voix quand même, ni gêner les autres passagers que je ne voyais presque pas, à cause de cette vue trouble et assommante. Il revint soudainement, et toujours aussi lente, je ne m'en apercevais que lorsqu'il appuyait -sans même me demander mon avis- quelque chose sur mon visage, un morceau de tissu gris où dépassaient encore des fils au dessus de mon œil, ce morceau venait sûrement d'être arraché à son vêtement d'origine et sentait la sueur. Je réalisais alors, entre deux grimaces sous la force qu'il employait pour stopper mon hémorragie, qu'il était torse nu. Je rougissais soudain et je baissais les yeux. Je n'osais regarder d'avantage même s'il ne s'interdisait pas de se montrer ainsi, il suait, preuve qu'il faisait chaud. Mais c'était étrange, j'avais plutôt froid comparé à lui, j'étais même frigorifiée et j'en ignorais la raison, mais je me demandais quand même si ce n'était pas encore un après coup de cet accident.

Silencieuse dans les plaintes de mes douleurs, je n'osais bouger et retirer sa main, en revanche, je ne cessais de me répéter dans mes remerciements et il fermait les yeux un instant avant de me dire : « Je t'en prie .. appelle moi Sayid. » Immédiatement, je continuais de le remercier en employant son prénom. « Merci Sayid. » Je le voyais sourire et je me demandais comment il arrivait à garder son calme à mon contraire. Il semblait ne pas être dégouté par la vue de ces corps, ni même par le sang qui faisait rougir plus que de raison mon visage. D'ailleurs en parlant de douleur, je ne sentais bientôt plus rien tellement il appuyait, ou bien est-ce que c'était moi qui ne sentais déjà plus rien ? En fait je ne sais pas, je gardais une main tremblante sur mes jambes tandis que l'autre vint se raccrocher à quelque chose de solide que je ne voulais pas lâcher. Que je ne voulais plus lâcher d'ailleurs, de peur qu'il ne me fausse compagnie à nouveau : je pinçais le tissu de son pantalon, sur sa jambe au niveau du genou et je m'y accrochais fortement.

Tremblante de partout et même jusque dans la nuque, tout à coup je me sentais basculer en arrière. Légèrement, mes yeux se fermaient, déjà que je n'y voyais pas grand chose à part lui, mais là le paysage s'assombrissait un peu. L'hystérie que j'avais révélé en étant dans l'arbre tantôt avait totalement disparu à présent, je semblais calme... un peu trop peut-être. J'ignorais ce qu'il m'arrivait. « Sa... Sayid... On est où ? » Demandais-je sans même avoir pensé ma question, mais celle-ci me faisait me redresser un peu, je revenais à moi peu à peu, ma voix agissait comme un électrochoc qui m'avait réveillé d'un coup. Fallait-il que je parle pour rester éveillée ? « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? » Demandais-je une fois de plus, semblant avoir totalement oublié l'épisode avant l'arbre.
Revenir en haut Aller en bas

J'AI POSTÉ : 40
MON ÂGE : 31
INSCRIPTION : 07/03/2013

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Suite Crash [Mayu]   Lun 11 Mar - 16:43
Le soleil était à son apogée mais un grand nuage venait de masquer ce dernier, comme si c'était un signe, que la vie qui allait s'arrêter à ce moment là pour laisser place, à une vie plein de mystère et qu'on n'allait jamais s'en sortir. Et depuis que je m'étais retrouvé dans le sable tête la première, je me disais que c'était sûrement pas demain la veille qu'on allait s'en sortir. A cette pensée, je soupirais de plus belle tout en regardant autour de moi. C'était des images de chaos comme si il y a avait eu une catastrophe naturelle sauf que là, ce n'était pas du à un séisme,Tsunamie et j'en passe mais un crash d'avion. Je voyais autour de nous , des cadavres, des gens qui n'avaient pas survécu à cela, et qu'ils ne pourront pas raconter un jour, ce qui est arrivé. Du moins, faut espérer qu'un jour ou l'autre, nous nous retrouvions dans la civilisation. Je tapotais alors dans ma poche d'un coup en pensant à Nadia. Avais je encore sa photo ? J'enfouis alors la main dans ma poche où je sentis le bord de la photo. Je soufflais alors avec un sourire sur mes lèvres. Si l'asiatique était entrain de m'observer, elle aurait du se dire que j'avais sûrement de la drogue ou un truc de ce genre pour que cela me rende heureux dans un moment si chaotique. Et , non je n’étais pas un camé. Du moins pas à ma connaissance. Je sentais que la jeune femme était entrain de se calmer. Je n'étais jamais très bon pour consoler ou rassurer les gens et c'est à ce moment là que je me disais que je devais peut être changer de comportement par rapport à mon tumultueux passé. Enfin , je ne savais pas trop. On verra ce que la vie nous réserve.

Mais son calme dura pas longtemps car je la sentais trembler. Tout son corps vibrait comme si elle était assise sur une machine à laver. Ha la machine à laver, je devais me l'avouer, tout le confort allait me manquer. Puis je sentais un pincement au niveau de mon genoux. Je portais mon regard sur l'endroit et je pouvais apercevoir que l'asiatique était entrain de me pincer comme si elle avait peur que je m'écarte d'elle et je la laisse seule dans ce chaos. J'avais l'impression qu'elle avait froid, contrairement à moi qui était torse nu. Je pris alors le reste de mon t shirt qui était un peu déchiré pour lui mettre tendrement sur ses épaules même si cela n'allait pas la réchauffer mais je ne pouvais pas faire autre choix. Ha peut être que si, la prendre dans mes bras . J'hésitais doucement, mais je fins par la prendre dans les bras pour tenter de la réchauffer comme je pouvais en toute simplicité.

Une fois, blottie entre mes bras. Je pensais que la jeune femme allait sûrement me poser des questions sur l'accident et moi même j'en savais strictement rien. Mais j'allais quand même être gentil et répondre à ses questions. C'est sans surprise que la jeune femme me demande ou l'on était. Comment j'aurais pu le savoir? je ne suis pas un GPS sur jambe. Je grimaçais avant de lui répondre - Je n'en sais strictement rien .. Sur une île je pense. Mais où ? aucune idée. J'aurais bien aimé le savoir moi aussi, mais je pense comme la totalité des personnes ici, personne n'en savait rien. Puis elle me demanda ce qui c'était passé. Je soupirais. Non pas qu'elle m'ennuyait mais parce que je savais pas vraiment la vérité sur le crash. - On a eu un ... heu .. Crash d'avion .. l'avion s'est appariement découpé en deux.. Désolée je n'en sais pas plus... Je me décollais légèrement de la jeune femme, me demandant ce que je'allais faire maintenant. Peut être devrais je aider les gens ? Aucune idée - Tu te sens mieux ? Quel est ton prénom?
Revenir en haut Aller en bas
Mayu • kawaii & dangerous
J'AI POSTÉ : 125
MON ÂGE : 26
JE ME SENS : bien et heureuse d'être en vie.
OÙ SUIS-JE : sur la plage, mais je ne bronze pas.
INSCRIPTION : 07/03/2013

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://akira-rpg.eklablog.fr/


MessageSujet: Re: Suite Crash [Mayu]   Lun 11 Mar - 20:49
Sayid semblait rester neutre et sans émotion à tout ce qui se passait autour de nous. Je me demandais comment il arrivait à être comme ça, comment il faisait pour garder son sang froid, pour ne rien faire paraitre et ne pas montrer le moindre signe d'inquiétude. Pour moi ça semblait impossible à faire, j'étais trop sensible, trop émotive, je sanglotais même comme une gamine et je ne lâchais plus le pantalon que je tenais. Mais au fond, c'est ce que j'étais. Une gamine de dix sept ans qui avait passé une semaine en enfer à chercher le moyen de retrouver ma mère adoptive pour qu'elle revienne vivre avec moi, tout en essayant d'esquiver son copain violent et finalement j'avais perdu les deux, tout cela... parce qu'elle était retournée avec lui ! C'était horrible comme situation, je me sentais abandonnée, salie, trahie et dépassée par tout ce qui m'était arrivé. C'est pour ça que j'ai pris ce satané avion pour m'enfuir le plus loin possible de ce pays qui m’écœurait, pour disparaitre de cette vie qui n'était pas celle que je désirais. Je voulais appartenir à quelqu'un, avoir des personnes qui m'aimeraient et que j'aimerais aussi. Des vrais amis sur qui réellement compter au lieu de recevoir une arme pour tuer et des conseils destinés à me pourrir la vie, je souhaitais avoir des vrais parents qui n'abandonnaient pas leur enfant et avoir la vie amoureuse dont je rêvais. Sans quoi, je ne servais à rien. Ma vie serait totalement inutile s'il n'y avait pas au moins une personne au monde pour qui je comptais.

Je réalisais soudain que j'étais partie dans mes songes pendant qu'il m'enlaçait gentiment. Ses bras me réchauffaient le cœur ainsi que son t-shirt qui me réchauffait le dos, même s'il était arraché. Toutes ces petites attentions particulières auxquelles je ne m'attendais pas, nous étions de parfaits inconnus malgré le fait qu'il était mon sauveur et il arrivait déjà à se familiariser un peu avec moi. Je séchais mes larmes tout à coup, ça ne servait à rien que je me mette dans tous ces états... Un petit sourire se dessinait sur mon visage tandis qu'il répondait à mes questions. « Je n'en sais strictement rien ... Sur une île je pense. Mais où ? Aucune idée. » Et quand bien même l'aurait-il su ? Ce que je pouvais être idiote... et je ne pourrais pas dire parfois car ce serait de trop. Je n'osais répondre, cependant je reprenais un peu confiance en moi à présent, de toute façon il fallait que je me bouge, je ne pouvais pas rester comme cela indéfiniment sous prétexte que j'avais peur et mal à la tête. Je n'osais plus me plaindre de la moindre douleur et je tentais de calmer mes tremblements. « On a eu un ... heu .. Crash d'avion ... l'avion s'est apparemment découpé en deux.. Désolé je n'en sais pas plus... » Encore une réponse évidente mais à laquelle je ne pensais pas sur l'instant de ma question, il était si sensé malgré qu'il en savait peu, il semblait même tellement posé que je me sentais totalement idiote. Il se détachait un peu de moi et j'en profitais pour regarder les débris en feu, je baissais les yeux puis les dirigeais vers ceux de Sayid. « Tu te sens mieux ? Quel est ton prénom ? » Je lui fis un petit sourire en retirant mes bras qui s'étaient collés à son torse sans que je ne m'en aperçoive, durant son étreinte et je les ramenais doucement en croix sur moi pour tenir son t-shirt sur mon dos.

« Je m'appelle Mayu. Oui, j'ai encore des vertiges mais ça peut aller. Merci de vous être occupé de moi, c'est gentil. » Répondais-je, plus calme que tout à l'heure. C'est dingue ce qu'on arrivait à faire avec si peu de choses, un câlin et les maux et angoisses disparaissaient. J'avais encore quelques nausées mais en tout cas j'allais mieux intérieurement, je supposais que maintenant il allait me laisser seule, partir et aller aider d'autres gens. C'est en tout cas la vision qu'il donnait de lui, l'homme prêt à aider les autres sans même se soucier de lui. « Vous allez aller les aider ? Tous ces gens... J'ai l'impression qu'ils ont plus besoin d'aide que moi. J'espère que les secours arriveront bientôt... » Disais-je désappointée, même si j'imaginais déjà qu'on me ramènerait à Tokyo ou à Sydney, si jamais les secours arrivaient. De sombres pensées envahissaient soudain mon esprit. « Alors j'aurais fais tout ça pour rien ? On va me ramener là bas...? J'ai pas envie de partir... Cette plage... c'est le seul endroit où j'ai envie d'être et de rester... » C'était idiot et égoïste de ma part de penser cela, mais même si tous ces gens criaient, paniquaient et souffraient, même s'ils attendaient tous les secours, moi j'espérais qu'ils ne viennent pas. Parce qu'à bien y réfléchir, cet endroit était beau si on en virait toute la misère. Je regardais Sayid et je voulais lui poser tout un tas de questions pour en connaitre plus sur lui même, si ce n'était ni l'endroit ni le moment... Mais je ne pus m'y résoudre. Je n'osais pas. Il avait peut-être vraiment envie d'aller aider tous ces gens.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Suite Crash [Mayu]   Aujourd'hui à 8:46
Revenir en haut Aller en bas
 

Suite Crash [Mayu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST RPG ™ :: 1977 :: L'île :: La plage-