Juste un cauchemar. [Mayu Solo]



AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Votez pour nous sur le top site d'Obsession ICI svp, merci ♥.

Partagez | 
 

 Juste un cauchemar. [Mayu Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mayu • kawaii & dangerous
J'AI POSTÉ : 125
MON ÂGE : 26
JE ME SENS : bien et heureuse d'être en vie.
OÙ SUIS-JE : sur la plage, mais je ne bronze pas.
INSCRIPTION : 07/03/2013

This is me...
Je possède:

Voir le profil de l'utilisateur http://akira-rpg.eklablog.fr/


MessageSujet: Juste un cauchemar. [Mayu Solo]   Mar 12 Mar - 13:59
Cela faisait deux jours que nous étions sur l'île et je commençais à culpabiliser, impatience de voir les secours arriver. Je passais mon temps à glander et espérais que finalement les secours arrivent, assise toute la journée sur les dunes de sable de cette plage brillante qui faisait ressortir le magnifique bleu de l'eau. Cela me rendait nostalgique et me fit perdre dans mes souvenirs, tandis que d'autres s'affairaient d'aller chercher du bois, des fruits, de l'eau, un radio émetteur... Dis donc, ils en ont de l'imagination ces survivants pour s'occuper aussi facilement des choses que j'imaginais seule les secours faire. Oui je sais on m'a toujours dit que j'avais l'esprit bien trop étroit et que je ne voyais pas au delà du bout de mon nez. Mais quoi ? Si les secours étaient là, ils ne resteraient pas à glander, ils feraient tout pour nous... Enfin c'est ce que j'imaginais. Ils chercheraient nos valises, nous donneraient à boire, à manger et nous feraient monter sur le bateau pour nous ramener à la maison... Mouais. Mais rien... Pas le moindre bateau, avion, ou hélicoptère... Rien ne perturbait l'horizon et je finissais par désespérer. Et si c'était ma faute tout ça ? Si c'était ma faute que les secours n'étaient pas venus, parce que je l'avais souhaité par peur de devoir retourner à Tokyo ? J'avais tellement peur qu'ils ne viennent jamais que j'imaginais n'importe quoi, cela dit, j'arrivais tout de même à dormir sous la belle étoile, malgré le fait que je n'étais pas fatiguée. Allongée près des autres passagers à même le sable et recouverte d'une couverture pour me tenir chaud, je m'agitais et je remuais doucement dans tous les sens, bafouillant même à petite voix de ce dont je rêvais.

J'étais à Tokyo, cela se passait trois jours avant mon départ pour Sydney et j'étais à la maison avec le copain de ma mère, entrain de me disputer avec lui. Il m'avait violé quelques jours plus tôt avant de me faire un tatouage que seul lui désirait, dans tout le dos. Il s'était approprié ma peau en quelques sortes et m'avait comme marqué à sa façon de la même manière que l'on marque les vaches. C'est comme cela que je voyais les choses en tout cas. Mais je n'étais pas sa chose et il n'était même pas mon père, je lui faisais bien entendre et comprendre mais cela le faisait rire, il gagnait en insolence face à moi et gardait toujours son attitude désinvolte avec sa bouteille de whisky à la main, comme s'il s'en moquait éperdument de ce que je lui racontais. Il se ventait de tout ce qu'il faisait et n'arrêtait pas de rire lorsque je parlais. « Pourquoi tu fais tout ça ?! Qu'est-ce que je t'ai fais moi, hein ? On s'entendait bien pourtant avant... Alors pourquoi ?! » Lui criais-je les larmes aux yeux. L'homme tournoyait dans la sale comme un lion en cage, semblant réfléchir puis il s'arrêtait face à moi et me parlait avec sa voix grave. « Hooo ? Tu sais pas ?! Assis toi ! Je vais te raconter alors... » Répondait-il en soupirant, mais je n'exécutais pas son ordre et il se mit à crier, ce type n'avait aucun sang froid. « Assis toi bordel ! » Puis il me poussait, d'une main sur ma tête pour que je tombe en arrière, les fesses sur une chaise. Il s'assit à son tour, ou plutôt se vautrait dans un fauteuil, jambes écartées, il but directement au goulot et j'étais pétrifiée qu'il m'ait simplement touché. Après avoir bu, il se mit à parler plus calmement, sans crier, même s'il n'en perdait pas son rire arrogant et irritant. « Tu vois... J'étais un yakuza avant de rencontrer ta mère... J'appartenais au gang du Dragon Rouge et j'avais volé un paquet de pognon à leur patron... mais quand ils s'en sont rendus compte, j'étais déjà parti très loin. Seulement il y a quelques jours j'ai croisé un type de leur gang... Depuis ils me recherchent et veulent ma peau. » Mais qu'est-ce que j'en avais à faire de son histoire ? Cela ne me concernait pas ! Et c'est bien ce que je lui disais, mais il se mit à rire encore une fois, continuant son histoire : « Ta mère t'a vendu pour rester avec moi... » Vendue ? Je restais choquée, je ne voyais pas où il voulait en venir mais malgré toutes les grimaces d'incompréhension qui se dessinaient à tour de rôle sur mon visage, je ne lui coupais pas la parole car je savais que si je le faisais, je n'y gagnerais qu'une gifle, j'attendais qu'il ait terminé de rire pour lui balancer : « N'importe quoi, maman ne me ferait jamais une telle chose, tu n'es qu'un menteur. » Il rigolait puis finissait par me frapper au visage avant de balancer sa bouteille vide sur le tapis. « Ne m'insultes plus jamais de menteur ! Bref... Quoiqu'il en soit, j'ai juste à te donner à ce gang pour qu'ils me foutent la paix... S'ils t'attrapent, je ne sais pas ce qu'ils vont te faire, qui sait ils ne verront peut-être que ton tatouage si je ... » Trop c'était trop, j'avais peur de ce qu'il allait dire et son histoire commençait à me gonfler sérieusement. Je lui coupais alors la parole en me levant révoltée de cette chaise : « Alors c'était pour ça ton tatouage de merde ? Pour que je paye tes pots cassés ?! Tu comptes me faire quoi hein ? Me tuer, me dévisager et balancer mon corps dans leurs poubelles ? T'as pas remarqué que j'étais une fille ? Abruti ! Et dire que maman t'aimait... Toi tu te fais passer pour mon père et d'un jour à l'autre tu veux me donner à une bande de criminels ? Mais rien à foutre tu m'auras pas c'est fini ! » Là je sortais l'arme que mes amies m'avaient donné, dieu sait comment elles l'avaient eu, ce n'était pas un flingue en plastique et les balles étaient vraies elles aussi. Je tremblais rien que de rester face à lui et je n'avais que pour seule défense cet petit bijou que j'avais appris à me servir, sous un pont pendant quelque jour. Ce type rigolait encore et plus fort que jamais, je plissais les lèvres mécontente et j'avais qu'une envie : tirer... mais où ? « Bah alors... Qu'est-ce que t'attends tues-moi ! Hé maman ta fille veut tuer son petit papa chéri, tu l'crois ? » La porte de la cuisine s'ouvrit et ma mère apparaissait enfin, après des semaines que je l'avais pas vue. Je venais juste de comprendre qu'elle m'avait trahie et qu'elle était retournée avec ce porc, les larmes coulaient sur mon visage et je baissais mon arme. Je n'avais plus aucune raison de tuer qui que ce soit, tout ce que je voulais c'était m'enfuir loin d'eux et c'est ce que je fis en claquant la porte.

Je me réveillais cette nuit-là, les larmes aux yeux et je quittais ma couverture pour aller m'asseoir près du feu qu'entretenaient quelques personnes à tour de rôle tandis que les autres dormaient.
Revenir en haut Aller en bas
 

Juste un cauchemar. [Mayu Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST RPG ™ :: Flashs :: Flashs-back :: Sujets uniques-